Mairie | Démocratie

Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Tribunes libres

Tinqueux votre ville

Expérimenter, oui, bloquer, non !

A chaque élection locale  les commentateurs tirent des conclusions nationales. Or une élection locale se joue sur bien d’autres éléments que le positionnement sur un candidat national. Elle repose sur une équipe, un projet et la capacité et les compétences de la première pour mener à bien le second. La force d’un projet municipal est qu’il permet d’expérimenter de nouvelles voies, pour être plus efficace et plus proche des habitants. Le rôle de l’opposition n’est pas de bloquer les expérimentations mais d’apporter un regard critique sur les résultats et de proposer les améliorations nécessaires à leur généralisation. Bloquer cette phase d’expérimentation c’est prendre le risque de mettre en place des usines à gaz onéreuses, inadaptées et surtout inadaptables.

Le projet de l’école du Pont de Muire répond à ce besoin d’expérimenter de nouvelles approches pédagogiques basées sur le numérique, la culture, le sport, la compréhension de la fragilité de notre environnement et la nécessité de protéger la Nature. Nous avons conçu le cahier des charges pour que ces objectifs que nous pensons partagés par tous soient intégrés dès la conception du projet pour que les équipes pédagogiques en place puissent innover dans ces domaines. Si cela aboutit à une amélioration des  pratiques et des résultats d’apprentissage, nous espérons que l’Education Nationale sera convaincue par notre projet pour que nous puissions le généraliser sur les autres écoles de Tinqueux

Thierry Côme – Pour la majorité municipale

Heureux à Tinqueux

Vers la nouvelle école

Le projet du groupement scolaire de la Muire va voir le jour, regroupant les écoles Diderot et Pont de Muire. « Cette nouvelle école préfigure les établissements scolaires de demain » selon la majorité municipale. Alors oui il faut que nos enfants soient formés au numérique. Cette école va offrir cette possibilité certes mais les autres écoles : à la traîne ? combien de temps ? Allons-nous vivre une éducation à 2 vitesses ? Impossible à priori car l’Education Nationale prévoit un programme défini non pas par les locaux qui accueillent les enfants mais bien un programme par niveau.

Votre avis : heureuxatinqueux@orange.fr

Selon la carte scolaire, on aura un apprentissage différent, une méthode différente. La majorité a-t-elle pensé son projet à long terme, va-t-elle revoir toutes ses écoles ?

L’ensemble des enfants a le droit au même niveau d’apprentissage. On constate déjà assez de différences et des élèves qui décrochent. Il fallait revoir l’école de la Muire (cela était dans notre programme) mais de là à créer un si grand fossé dans l’apprentissage. Il faut accompagner toutes les écoles dans le numérique et à la même vitesse, avec les mêmes équipements. Il est dommage de créer des frustrations chez les parents (va-t-on les aider à s’équiper numériquement ?) voire les enseignants. Parce que l’école pour tous signifie avec le même accompagnement. Ou alors : allons tous vivre dans le périmètre de cette nouvelle école, bientôt encadrée de nouveaux immeubles prévus par la majorité.

Sandrine Dequin – Pour l’opposition municipale

Tinqueux Alternance en 2026

Haro sur les plus modestes et les contribuables de l’agglo, trop facile

Vous ne lirez pas dans ce mag que la taxe sur les ordures  va augmenter, ni que la majorité a voté la vignette CRIT AIR, contre l’accès en ville des  voitures « anciennes ». Qui sont sanctionnés ? les jeunes et les plus modestes. Tout le monde n’a pas les moyens de rouler  en voiture allemande à plus de 50 000 €.

Tinqueux devient une zone de non droit, pourrie par  les trafiquants, qui jouissent de l’impunité totale. Le constat est flagrant : pas de Police municipale digne de ce nom, pas de vidéo- surveillance, la police nationale en sous effectifs, le corps des pompiers, sans local, va disparaitre de la commune

La délinquance, tant au niveau national que local, empire, due au laxisme des élus en place. Une autre politique doit être mise en place en France, ce sera l’enjeu  de 2022

Gilles Borck – Pour l’opposition municipale

Démocratie Environnement Solidaire

Services publics en ligne, progrès et exclusion

Dans quelque temps, la totalité des démarches administratives se feront en ligne. C’est déjà le cas aujourd’hui, pour près de 80 %  de celles-ci.

Derrière les supposés progrès induits par l’informatisation des démarches (simplicité, rapidité, accessibilité) se cache une cause importante d’exclusion.

La fracture numérique est en fait une grande injustice sociale de notre temps. Un outil qui est censé rapprocher, isole et exclut ! La crise sanitaire a éloigné les services publics des usagers et bien des personnes se sont retrouvées seules et complètement perdues. Cela concerne les personnes âgées mais pas seulement.

La mairie devrait mettre en place des « permanences connectées » qui proposeraient un accompagnement individualisé aux démarches sur internet à la mairie mais aussi à la médiathèque.

Le confinement qui a fait baisser le rideau à de nombreux points d’accueil a encore aggravé la situation.

La fracture numérique vient non seulement d’une non maîtrise des outils informatiques, ,  mais aussi  du prix de l’équipement (ordinateurs, téléphones, smartphones, imprimante avec numérisation), de la qualité de la liaison informatique.

Il faudrait aussi parler du télétravail qui est un piège tendu aux salariés ; des élèves, des étudiants, des professeurs  en distanciel qui n’ont qu’une seule envie, refaire cours en vrai ; de la culture, des relations, de la consommation … nos vies toutes entières qui semblent être passées au régime sec du « sans contact ».

James Pelle – Pour l’opposition municipale

Enfance | Jeunesse

Mes démarches