Mairie | Démocratie

Share
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Coopération décentralisée

Des échanges avec le Burkina Faso, la Palestine et la Tunisie

Il existe mille et une raisons et autant de façons d’entretenir avec d’autres pays du monde des relations constructives. Les jumelages entre communes sont l’une des formes les plus connues. Les actions de solidarité internationale portées par des villes en sont une autre.

Tinqueux poursuivit ses relations avec d’autres pays et notamment avec le Burkina Faso après des rencontres très fructueuses entre les élus des deux pays. De nombreux échanges ont lieu entre les villes symbolisés par une semaine internationale qui se tient régulièrement en fin d’année.

Les échanges sont ouverts et impliquent fortement les enfants. Ils ont pour objectif de mieux connaître des habitants qui sont dans des conditions de vie très différentes. Un succès qui ne se dément pas au fil des années et qui permet dans la situation du monde actuel de rapprocher les points de vue comme d’engager des actions à vocation culturelle.

« Ces échanges sont un moyen de faire comprendre à nos enfants que le monde ce n’est pas la France, que d’autres enfants vivent sur d’autres territoires compliqués, avec d’autres préoccupations que les leurs. C’est un objectif très ambitieux. Il y a tellement de choses à faire pour lutter contre les préjugés et faire avancer la paix. »
Jean-Pierre Fortuné

BURKINA FASO

Alors que Reims Métropole s’est engagée en 2007 dans une démarche de coopération décentralisée avec plusieurs collectivités du Burkina Faso, auxquelles elle apporte ses savoir-faire, particulièrement en matière d’eau, d’assainissement et de gestion des déchets, Tinqueux a décidé d’explorer une voie différente. Ni institutionnelle, ni technique, ni humanitaire, elle est fondée sur le développement des relations humaines et le partage des cultures au sein de la jeune génération.

TUNISIE

Grâce à la volonté de l’équipe municipale, un rapprochement a eu lieu avec cette cité tunisienne autour du thème de l’eau. Ce qui a permis aux élus africains de visiter notre station d’épuration ultra-moderne (Grand Reims). Les tunisiens étaient très demandeurs en effet des capacités techniques de cette station car ils ont à gérer des problèmes d’inondations dans leur ville.

PALESTINE

La même logique d’ouverture d’esprit est à l’œuvre avec des enfants de Palestine qui ont fait, en 2014, leur premier voyage en France. Le projet est né d’un dialogue avec l’Alliance Française de Bethléem qui accompagne les écoles de sa région dans l’apprentissage du français et dont l’objectif est de faire apprécier la langue et la culture françaises dans un cadre extra-scolaire, notamment en favorisant l’échange avec les pays francophones.

Pendant une petite semaine, une dizaine de jeunes palestiniens âgés de 12 à 16 ans et de jeunes aquatintiens se sont racontés leur vie et leur pays, ont partagé des activités ludiques et sportives (ballon au prisonnier Tek, bowling, pédalos, jeux de société), culturelles (concert, cinéma en plein air, atelier de cuisine) et des sorties (visite de Reims en bus ouvert, visite cathédrale, cave de champagne, chocolatier, Paris). Ils ont ainsi créé entre eux un lien fait de curiosité et d’amitié qui ne demande qu’à fortifier.

« Quand l’aide vient avant l’amitié, cela s’appelle la charité.
Quand l’aide vient après l’amitié, cela s’appelle la solidarité. »

Enfance | Jeunesse

Mes démarches